• Max & Mama

Semana Santa

Au Pérou, pays très religieux et pratiquant, la semaine du 15 Avril, appelée la « Semaine Sainte », est sacrée. Le jeudi et le vendredi sont d’ailleurs fériés. Nous ne travaillons donc pas non plus, et avons 4 jours pour mieux découvrir la ville de Cusco... et sa région.


Plusieurs cérémonies religieuses sont au menu, en plus des nombreuses processions dans la rue. Pour notre part, nous participons à l’une d’entre elle, et pas n’importe laquelle.


Selon la croyance chrétienne, Jésus meurt le Vendredi et ressuscite le dimanche suivant : pour ce, les péruviens mangent alors le jeudi 12 plats, en référence à son dernier repas en compagnie des... 12 apôtres.


En compagnie de Philippine, volontaire également dans une autre école de Cusco et avec qui nous partageons notre logement chez notre hôte Doris, nous nous rendons en ce jeudi 18 Avril chez une famille péruvienne qui propose chaque année à qui le veut (5 personnes maximum) de partager avec eux les 12 plats traditionnels célébrant le dernier jour du Christ avant sa résurrection du dimanche.


Dans un petit quartier reculé de Cusco, nous sommes divinement bien accueillis par Thérésa, la mama et cuisinière du midi, et par sa fille Lily, présente pour l’occasion. Nous arrivons relativement tôt pour participer à l’élaboration des 12 fameux plats.



Puis, une fois les multiples marmites remplies et après avoir chanté avec Thérésa l’hymne de Cusco en Quechua (que Marion et moi avions déjà appris en partie à l’école ASVIN, ouf !), nous passons à table.


Lily, Philippine et Marion

Thérésa

En photo les principaux plats que nous avons pu goûter...


Sopa de Zapallo

Sopa de lizas con camaron

Haucha de Acelga

Pescado frito con choclo

Dulce de durazno

Mazamorra de calabaza con higo

Arroz con leche coco

Humita

Pour être tout à fait franc, ce fût un grand moment : hormis les 2 premières soupes que nous avons trouvé excellentes, les légumes verts du 4ème plat et le poisson frit, le reste fût... pas vraiment pas à notre goût ; et notamment les desserts à base de gélatine principalement. Ne voulant pas vexer notre hôte, nous avons fait en sorte de manger au maximum, ce qui nous a valu de nombreux rires complices.


Un petit digestif ne fait pas de mal

Un moment d’une grande simplicité et d’une authenticité certaine avec ces deux péruviennes charmantes, qu’on n’est pas prêts d’oublier.


Nous décidons de consacrer les 2 prochains jours à la découverte des environs.


Le vendredi, nous commençons notre journée par la découverte du Sanctuaire animal de Cochahuasi ; et ce fût une sacrée surprise.


Ce centre a été créé en 2007 dans le but de recueillir des animaux maltraités ou pour diverses raisons ne pouvant plus vivre en autonomie dans la nature. Accompagnés par une hollandaise volontaire dans le centre depuis un mois, nous découvrons alors ce parc à la fois magique de par la beauté des animaux, mais aussi terrifiant de par ses histoires monstrueuses.


Nous rencontrons notamment deux ours, recueillis in-extremis par le propriétaire du centre alors qu’ils ne pesaient même pas un kilo chacun, après que leur mère fût tuée par balle sans aucune raison. Ils sont aujourd’hui incapables de se débrouiller seul.




Nous découvrons également l’histoire de deux pumas, en captivité durant des années dans une boîte de nuit, drogués, les griffes coupées, les dents limées dans le but de se faire caresser par les « clubbers ». Honte à ceux qui ont cautionné ça en participant à cette atrocité. Mais aussi l’histoire d’oiseaux avec un œil en moins et les ailes coupées pour faciliter les photos avec les touristes, les singes adeptes à la cigarette ou dressés pour le pick-pocket, les condors électrocutés et qui doivent réapprendre à voler... Et on en passe. On vous laisse admirer les photos de ces animaux tous plus beaux les uns que les autres. Et bravo au centre pour son engagement et sa volonté.


Juste magnifique



En compagnie d'un condor, ni plus ni moins





Après cette visite poignante, nous nous envolons (façon de parler) pour le village de Pisac, entouré de montagnes et reconnu pour son marché très dense... et coloré.






Puis, nous finissons notre journée par le village d’Ollantaytambo, très touristique mais charmant malgré tout, et très fréquenté pour sa forteresse Inca, ce qui lui a d’ailleurs valu en 1995 le titre de « Capital Mondial de la Indianidad ».



La forteresse, d’origine pré-Inca, fût au début à but religieux, avant d’être conquise par Manco Inca, fuyant le Machu Picchu (voir article « le Machu Picchu ») et d’être transformée en forteresse militaire pour contrer les espagnols. Ils remportèrent d’ailleurs une première bataille contre les conquistadors, avant d’être assiégés quelques mois plus tard par ces mêmes adversaires mais cette fois-ci bien plus nombreux...


Le samedi, nous commençons notre visite par le village de Chinchero, où nous pouvons y admirer une superbe église coloniale du XVIème siècle, mais aussi et surtout d’immenses terrasses incas flanquées, un endroit paisible, au paysage superbe... et où je me suis fait vu offrir un beau bracelet en laine par deux jeunes éleveurs de moutons. La journée commence très bien !



Impossible de prendre des photos de l'intérieur... dommage








Nos croquettes ont encore fait des heureux !


Nous continuons notre route vers Moray, où l’on peut y admirer un ingénieux système de terrasses incas en forme d’amphithéâtre découvert en 1930, servant de centres de recherches agronomiques il y a des centaines d’années ! Leur forme et leur conception globale permettait de créer une sorte de microclimat en fonction des étages et de ce fait cultiver par exemple des produits tropicaux en hiver. Astucieux ! La France découvrira également ce système d’expérimentation... mais quelques siècles plus tard. Mieux vaut tard que jamais !




Puis nous terminons par les fameuses salinières de la région, les plus importantes du Pérou. La route pour y accéder nous offre déjà un sacré spectacle de par ses paysages exceptionnels. Et une fois arrivés, on peut dire qu’on ne fût pas déçus : plus de 3900 bassins de sel cristallisé se dressent devant nous, bordés par une petite rivière salée. Ces bassins ne sont pas tout jeune puisqu’on estime leur existence à... avant l’époque Inca. C’est dire. Aujourd’hui on y cultive 3 types de sel, à savoir de bain, de cuisine et la fleur de sel, utilisés pour de multiples raisons. Un paysage merveilleux comme on n’en voit jamais, bien différent de tous les autres contemplés jusqu’à présent... Et pourtant, on commence à avoir vu du pays !





Pour l’anecdote, nous sommes rentrés sur Cusco en stop, avec deux papis et Maju Caceres, avec qui nous sympathisons et que nous retrouverons très probablement en « discoteca » vendredi prochain : la première depuis Hong Kong ; comme je disais tout à l’heure, mieux vaut tard que jamais !


Pour notre dernier jour de week-end, après un entrainement sérieux avec mon poulain Kevin, où les techniques défensives étaient en partie à l’honneur, Marion et moi avons été invités par Lisbet (la maman de Kevin) pour le déjeuner, afin de me remercier (si elle savait le plaisir que je prends à entrainer son fils) pour le temps consacré à son petit.

Nous arrivons donc chez eux sur les coups de 13h avec beaucoup d’enthousiasme, et découvrons la petite maison de Kevin et sa famille. Une chambre qu’ils partagent tous les 3, une petite salle à manger et une cuisine plutôt bien équipée ! C’est simple mais ils y sont heureux.



Notre champion en action

Jamais sans ses ballons !


Nous découvrons également dans les différentes marmites notre repas du midi : au menu, un cochon d’inde entier accompagné de pâtes et de patates ! Spécialité du Pérou, nous voulions gouter le « CUY » comme ils appellent ça ici, mais j’avoue que l’on repoussait systématiquement l’échéance. Cette fois-ci, on n’a plus le choix ! Une fois passée la barrière psychologique (manger avec les mains un animal qui a encore sa tête, ses pattes, ses tripes, son estomac, le cœur et tout le reste, même après avoir goûté une multitude de plats traditionnels depuis 6 mois, il faut avouer que ce n’est pas évident !), nous avons beaucoup apprécié le goût et avons même finit nos assiettes !




Un moment fort avec cette belle famille, où nous avons pu échanger sur une multitude de sujets.


Une rencontre qui fait partie de celles qui façonne un voyage

Dans le prochain article, nous vous raconterons nos 2 dernières semaines à l’école ASVIN avant de nous envoler pour le Canada, dernier pays de notre Tour du Monde !


43 vues1 commentaire

© 2019 par Max & Marion

  • Facebook Marion
  • Facebook Max
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now