• Max & Mama

Le Machu Picchu

Visiter une des 7ème merveilles du monde, ça n’arrive pas tous les jours. Nous, ça nous est arrivé en ce week-end du 13 Avril 2019. Et on ne l’oubliera jamais.


C’est depuis Cusco que partent chaque jour les nombreux bus remplis de touristes afin de visiter les différents sites Incas présents dans la région, et en particulier le Machu Picchu : vous l’aurez compris, c’est bien de lui que nous allons parler.


Il faut savoir qu’une excursion à la « vielle montagne » (traduction de Machu Picchu) coûte cher, et que plusieurs solutions sont possibles... en fonction de l’intérêt et surtout du budget de chacun. Vous vous doutez bien qu’après plus de 6 mois de voyage, de notre côté, notre budget est désormais assez restreint.


Heureusement, nous nous sommes vus offrir cette magnifique excursion de deux jours par les parents de Marion, Didier et Béatrice, eux-mêmes l’ayant visité l’année dernière et en gardant un très bon souvenir, avec au menu un super programme, que vous allez découvrir tout au long de l’article.


Jour 1


Départ de Cusco, 5 heures du matin. Un minibus nous attend, où nous rencontrons les 2 français, le brésilien, les 2 belges et notre guide Raul, avec qui nous allons vivre cette aventure.


1 heure plus tard, nous arrivons à la gare de Poroy, où un train nous attend : « le train le plus cher du monde ! », disent les péruviens. Nous nous installons confortablement dans ce train relativement luxueux, et admirons pendant 1 heure le paysage.



Puis, sur les coups de 9 heures, nous arrivons à Chachabamba : c’est ici que les choses sérieuses commencent.


Après avoir passé un contrôle très strict pour rentrer dans cette zone protégée, nous posons pied sur le fameux « InkaTrail », précisément au KM 104.



Et c’est parti pour 6 heures de marche sur ce chemin qu’empruntaient autrefois les Quechuas pour relier la vallée sacrée au Machu Picchu. Les Quechuas ? Les Quechuas étaient les habitants de l’ancien territoire Inca, qui commençait en Colombie et se terminait au Nord de l'Argentine, en passant notamment par l’Equateur, le Pérou la Bolivie et une partie du Chili. Seul le chef de la tribu était appelé « Inca », même si aujourd’hui, on a tendance à faire un sacré raccourcit en les appelant tous de la sorte.


Nous traversons une forêt humide, à la végétation très dense (nous avons pu observer une grande variété d’orchidées notamment), offrant de superbes paysages et nous faisant passer par d’anciennes ruines Incas. Nous découvrons notamment le site du Winayhuayna, ancien village d’expérimentation pour améliorer le système agricole du territoire. De nombreuses sortes de patates et de quinoa ont vu le jour pour la première fois sur ce site.


Notre guide Raul




Winayhuayna, ancien village d’expérimentation




Avec notre compagnon de marche


Après 5 heures 30 de marche, nous arrivons à la très connue « Puerta del Sol ». La porte du Soleil, construite du côté où le soleil se lève, est l’entrée principale du site et ce depuis toujours. On ne lui a rien trouvé d’extraordinaire en soit ; mais une fois traversée, on ne peut être que submergé par l’émotion : le Machu Picchu se dresse là, face à nous, éblouissant de sa beauté les quelques chanceux que nous sommes.





Après quelques dizaines de minutes à le contempler et à prendre quelques photos, nous continuons notre marche pour s’y approcher de plus près : mais ce n’est que le lendemain que nous pourrons y pénétrer, et jouir enfin de tous ses mystères...


Première impression magique

Le soir, nous passons la nuit (comme 99% des touristes) à Aguas Calientes, seul village existant au milieu de ces vallées (si l’on fait l’abstraction des 4 maisonnettes de paysans aperçus en une journée entière), et construite uniquement pour les visiteurs du Machu Picchu. Autant vous dire qu’il n’y a pas plus touristique. Les restaurants et hôtels occupent 70% de cette ville bordée par l’Unubamba river, le reste par des boutiques ou des salons de massage. On n’y trouve pas de charme particulier.. si ce n’est le luxe de notre chambre d’hôtel ! Nous passerons une bonne soirée avec notre groupe dans un restaurant réservé par notre guide Raul.


A Agua Calientes, une statue représentant un Inca avec les 3 animaux mystiques : le Condor, le Puma et le Serpent


Jour 2


Départ 6 heures du matin, et déjà une file gigantesque attend pour prendre le bus menant au Machu Picchu !


Une heure plus tard, nous arrivons sur place. Nous avons 2 heures de visite guidée au sein de cette magnifique cité Inca, temps minimum pour y découvrir tous ses secrets...


C'est parti pour la visite !

Un peu d’histoire :


Après la prise du pouvoir du 9ème empereur Inca, Pachacutec, grâce à sa victoire sur le peuple Chanca, ce dernier aurait ordonné en 1438 la construction d’une cité Inca éloignée du pouvoir central (Cusco), un peu comme Versailles à Paris.


Le Machu Picchu est organisé de la sorte : le secteur agricole au nord, et le secteur urbain plus au sud.



Toutes les terrasses cultivées du secteur agricole sont délimitées par des murs de pierre pouvant atteindre les 4 mètres de haut et traversées par des escaliers. Y était surtout cultivé du maïs et des pommes de terre. On peut y observer un ingénieux système d’irrigation. D’ailleurs, entourée par plusieurs montagnes et notamment celle du Wayna Picchu, c’est sur celle-ci que la cité fût construite car c’était la seule alimentée naturellement par l’eau des montagnes voisines.



Le secteur urbain, quant à lui, est répartit en deux, avec une partie haute, là où se trouvait les Temples, le Palais Royal et le Tombeau Royal notamment, et une partie basse, plus résidentiel, où les nobles vivaient dans des maisons en pierre construites de façon linéaire et parfaitement ordonnées, et les autres, les cultivateurs notamment, vivaient dans des maisons plus simples faites à partir de chaux, de paille et pierres plus grossières. D’après les chercheurs, entre 400 et 800 Quechuas habitaient le site. Certains, dont l’Inca, vivaient aussi une partie de l’année à Cusco. Mais comme beaucoup d’autres affirmations, ce ne sont que des hypothèses...



Toute la cité du Machu Picchu fût organisée autour des trois éléments fondamentaux à notre existence : le Soleil, la Terre et l’Eau. D’ailleurs, vu d’en haut, on remarque que le Machu Picchu est le plus éclairée par le soleil, ce qui le rend encore plus mystique. C’est un véritable chef d’œuvre. On se demande encore aujourd’hui comment le peuple Inca a-t-il pu transporter jusqu’ici tous ces matériaux pour construire la cité... Malheureusement, avec l’arrivée des espagnols 100 ans après, soit au milieu du XVIème siècle, la cité ne fût pas entièrement terminée.



Mais au faite, pourquoi le Machu Picchu est-il aussi connu ? Pour son architecture ? Oui, en partie. Pour sa beauté ? Aussi. Mais aussi et surtout car c’est tout simplement la seule cité Inca que les conquistadors espagnols n’ont pas trouvé ! Mais alors, pourquoi les Quechuas ont-ils déserté les lieux dans les années 1550 ? Deux hypothèses se rencontrent : la première est que, après avoir eu écho de l’invasion des espagnols à Cusco, le chef Manco Inca aurait décider de partir dans une cité Inca plus à l’Est, nommé Vilcabamba, encore moins accessible pour les conquistadors. La seconde, tout aussi probable, est que la cité fût empestée par la variole, maladie importée en ville par les espagnols, et qui auraient gagné la cité. Pour la fuir, les malades auraient alors été abandonnés sur place, et les autres seraient partis rejoindre l’autre cité nommée précédemment.



Par la suite, le Machu Picchu fût complètement laissé à l’abandon. C’est en 1911 que l’explorateur américain Hiram Bingham, cherchant les deux derniers refuges de Manco Inca, tomba par hasard sur le site, entièrement recouvert de végétation, et où y habitait deux familles péruviennes, n’ayant absolument pas idée de l’importance de l’endroit où ils habitaient. Il prit alors de nombreuses photos de l’endroit, plus de 1000 dit-on, et les exposa chez lui durant une exposition créée pour l’occasion. C’est alors que la National Géographic Society, qui prit connaissance des photos lors de l’événement, décida de lancer et de financer l’intégralité d’une recherche plus approfondie du lieu. A l’aide également de l’Université de Yale, des recherches commencèrent en 1914 : après avoir passé plusieurs mois à tout défraichir, plus de 40 000 objets antiques furent découverts ! (on vous passe les méthodes de recherche de l’époque, à coup de pionnier et de marteau, ce qui saccagea une bonne partie des constructions...). L’intégralité des objets, la majorité fait en céramique, en argent et en pierre, fût envoyée à l’Université de Yale, avec pour promesse de les renvoyer au Pérou une fois les études terminées. Aujourd’hui, seulement 314 objets ont été restitué au Pérou. Une honte.


Les recherches au sein de l’enceinte continuent actuellement, mais cette fois-ci de façon plus minutieuse...


Une fois la visite finie, sur les coups de 9h30, Marion et moi quittons le groupe pour réaliser l’ascension de la « Montana » Machu Picchu !

Plus de 2700 marches à monter. Et des marches parfois très, très hautes. En outre, on nous avait dit de compter au moins 1h30. Pour ma part, je m’étais fixé l’objectif de ne pas m’arrêter une seule fois. Objectif accomplit. L’ascension m’a pris 45 minutes. Marion 1h05. Arrivés en haut, nous avons mal aux jambes... Mais ça valait le coup ! Nous avons une vue panoramique sur toutes les montagnes, et bien sûr, sur la cité du Machu Picchu.



La vue du sommet de la Montana Machu Picchu

Après ça, nous rentrons à Aguas Calientes, cette fois-ci à pied, les jambes un peu tremblantes de l’effort réalisé, mais un bon massage d’une heure nous remettra d’équerre... Avant de reprendre le train pour rentrer sur Cusco, et d’entamer notre nouvelle semaine de volontariat à l’école ASVIN.

45 vues

© 2019 par Max & Marion

  • Facebook Marion
  • Facebook Max
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now