• Max & Mama

Un peu d’histoire, et une arrivée en fanfare !


Toi, dragon d’Asie, mais qui es-tu vraiment ?


Il nous semble important, avant même d’écrire quoi que ce soit sur nos 1ère impressions, de faire un rappel rapide de l’histoire de ce pays, afin de mieux comprendre tout ce qu’il s’en suit.


De ce que l’on sait, les premiers habitants à venir trouver refuge sur cette terre en forme de dragon sont une colonie chinoise, appelée « Yue » (à l’origine de « Viet », qui veut dire « au-delà », « lointain »), en -1000 av. J.C. Pendant près de 1 000 ans, cette ancienne communauté chinoise s’y est installée pour devenir des « Vietnamiens », vivant de leurs cultures et de leurs récoltes.


En -111 av. J.C, la Chine décida d’envahir ce pays, et y régna jusqu’en 922, date où les vietnamiens reprirent enfin contrôle de leur territoire, malgré de nombreuses tentatives précédentes.


Pendant des siècles, le Vietnam fût indépendant, et dirigé par de nombreuses dynasties.


C’est en 1855 que la France, probablement jalouse des colonies de ses voisins britanniques et hollandais, décida de lancer le premier assaut pour prendre le pouvoir de ce pays aux frontières maritimes idéales. En 1862, victorieuse de la guerre d’Indochine (royaume créé en 1802 désignant le Laos, le Cambodge et le Vietnam), la France prit le pouvoir au Vietnam et le garda jusqu’en 1940. Pour des raisons « organisationnelles » et « administratives », la France coupa le pays en 3 : au Sud la Cochinchine, au Centre le Mandarin et au Nord le Tonkin.


En 1940, en pleine seconde guerre mondiale, le Japon lança son armée à la conquête de ce pays tant convoité et décima les armées française et vietnamienne en place en peu de temps. Cependant, le Japon toléra la présence de quelques ressortissants français sur le territoire, ainsi qu’une infime partie de son armée. Le règne japonais dura 5 ans, durant lesquels les conditions de vie des vietnamiens furent abominables. En 1945, les japonais, craignant un assaut surprise des français suite à la fin de la 2nde guerre mondiale, prirent les devants et obligèrent la France a enlevé toutes ses fonctions administratives et militaires sur le territoire.


Cependant, quelques mois plus tard, le Vietnam prend le dessus sur l’armée Japonaise, et signe la réunification du pays, entre le Sud et le Nord.


La France essaiera tant bien que mal de reprendre le règne de ce pays durant des années, mais la défaite de Dien Bien Phu en 1954 fût celle de trop : la France signe alors le traité d’indépendance du Vietnam.


Mais le rêve ne dura que peu de temps. En 1956, le Sud passa sous pavillon américain (donc fortement capitaliste), tandis que le Nord resta sous pavillon communiste. Une guerre entre le Sud et le Nord de 20 ans s’en suit, le Sud étant épaulé par les américains et le Nord par l’URSS et par le parti communiste chinois. Cette guerre (définit par beaucoup comme une des pires jamais connue) donna la mort à des millions de personnes (environs 8% de la population fût tuée).

En 1975, les américains se retirèrent du conflit, laissant Saigon à ses adversaires. Saigon devient alors « Ho Chi Minh Ville », Ho Chi Minh étant le nom du gouvernant du régime communiste du Nord.


Cette guerre a causé énormément de dégâts au Vietnam, et en suivit une période de famine durant des années.

Mais ce pays a une population trop fière, trop courageuse pour sombrer, et remonta la pente étape par étape.


Tel le phénix renaissant de ses cendres


En 1992, la relation avec les américains s’améliore, donnant place à l’embargo américain.


Axé sur une politique de diversification et d’ouverture internationale (exportation du riz, radiotéléphonie, pétrole, vêtements, produits de la mer...) le Vietnam est aujourd’hui devenu un pays fabuleux, avec une économie en pleine croissance et une richesse historique et culturelle incroyable.*


Aujourd’hui, les relations avec les français, américains et japonais sont très bonnes (les français étant très appréciés ici, comme on a pu le constater). Seul la rivalité historique avec les chinois est encore à l’ordre du jour, les chinois étant « leurs ennemis éternels » pour citer notre guide.


*Quelques chiffres :

  • 93 millions d’habitants

  • Taux de croissance annuel : 6,2%

  • Répartition du PNB : 40% industrie, 32% les services et 20% le secteur agricole

  • Taux d’inflation de 4% et de 2% pour le chômage



Une arrivée sur Saig.. pardon, Ho Chi Minh, complètement dingue !



La Poste Centrale : l'une des perles de l'architecture coloniale française, construite en 1886 par Gustave Eiffel


L'Eglise du Sacré Coeur et la Cathédrale Notre Dame (construite avec des pierres de Toulouse et du carrelage de Marseille


La rue du livre


Il est 19h30 quand nous sortons de l’aéroport et que nous rejoignons notre taxi. Sur le trajet pour rejoindre notre hébergement (on y reviendra un peu après), on découvre une ville très contrastée, d’immenses building, des milliers de scooters (la ville a plus de scooters que d’habitants !) et une multitude de petites rues, toutes contenant des dizaines de petits bric à brac et de petits restaurants. L’ambiance nous paraît bien animée ! « Ce soir, c’est football !! Finale, Finale ! » nous dit le taxi.


En effet, nous sommes arrivés au Vietnam le soir de la finale de la Coupe d’Asie du Sud Est, opposant le Vietnam à la Malaisie. Je pense qu’on ne pouvait pas rêver mieux, et on va vous expliquer pourquoi juste après.


Nous arrivons chez Madame Tram, notre hôte pour la nuit. Madame Tram, Marie de son prénom, habite avec sa famille une petite maison très authentique dans une rue étroite de cette ville de plus de 10 millions d’habitants. Elle propose quelques chambres de sa maison depuis plus de 20 ans, pour les baroudeurs comme nous en quête d’authenticité, mais aussi pour les personnes souhaitant adopter de jeunes vietnamiens, et qui doivent donc rester sur place plusieurs semaines, le process étant très long !

Nous parlons quelques minutes avec elle, déposons les sacs et filons dans le centre de la ville voir le match !


Nous nous asseyons à la table de deux vietnamiennes nous proposant de manger avec elles, dans un bar très animé.


Après quelques bières, un plat traditionnel et des frissons à chaque occasion vietnamienne, le match se termine sur le score de... 1 - 0 pour le Vietnam ! Le Vietnam est champion pour la 1ère fois de son histoire.


Les vietnamiens sont aux anges, et nous aussi par la même occasion.


La ville, déjà très animée, devient alors un énorme chaudron.


8 millions d’habitants dans les rues de Ho Chi Minh (et pas un dommage ou blessé recensé... à méditer). Des cris, des pleurs, des drapeaux, des maillots, beaucoup de sourires et des chants : voilà ce que nous a réservé notre 1ère soirée ici.


Pouvoir partager ce moment si fort avec eux fût un sentiment indescriptible. Voir leur joie et leur fierté sur leur visage nous ont tout de suite connecté avec eux. Nous sommes déjà chez nous.


Le lendemain matin, nous prenons le petit déjeuner préparé par notre chère Marie, au menu : café/thé, baguette, beurre et confiture ! Le Vietnam ayant encore une empreinte française très marquée, nous pouvons trouver beaucoup de boulangerie et de pâtisserie dans la ville : décidément, ils savent nous séduire !


A 9 heures, nous disons au revoir à Marie, et partons pour le delta du Mekong avec Thao, notre guide pour les prochaines 48 heures !


La suite de nos aventures sur le fleuve des 9 dragons au prochain article.

76 vues3 commentaires

© 2019 par Max & Marion

  • Facebook Marion
  • Facebook Max
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now