• Max & Mama

Premiers jours sur Battambang


Rencontre avec Adélaïde et Raphaëlle


Notre dernière matinée sur Siem Reap se conclut par une belle rencontre, Adélaïde et Raphaëlle, deux françaises aux parcours atypiques avec qui nous avons partagé notre déjeuner. La 1ère revient de 3 mois au Japon, traversant seule le pays du Nord au Sud via le système du workaway. Chaque semaine, elle dormait dans des Homestay différentes, en échange de quoi elle travaillait pour la famille quelques heures par jour. Une expérience « fabuleuse » selon elle, qui lui a permis de « découvrir un pays formidable, sein, propre et riche d’une culture incroyable avec des habitants accueillants ».

La 2nde, Raphaëlle, a vécu une expérience de 8 mois dans le Sud de l’Inde, seule, elle aussi, et où elle a réalisé son service civique. En effet, elle nous a appris que chacun d’entre nous et ce jusqu’à 25 ans, pouvons effectuer un ou plusieurs service(s) civique(s) dans de nombreux pays partout dans le monde : nous venons de découvrir une nouvelle façon de voyager, top !

Ces deux jeunes femmes de 25 et 26 ans jouissent d’une liberté à l’intérieur d’elles-mêmes incroyable, et à la question « quand comptez-vous rentrer en France ? », la réponse fût d’un naturel déconcertant : « Peut-être dans 6 mois ? Ou dans 2 ans ? On rentrera quand il sera temps de rentrer, mais pour l’instant, hors de question ! On a trop de choses à voir, à vivre, avant de rentrer. Le monde est bien trop riche pour se poser si jeune. » Mais au moins, sont-elles obligées de rentrer ?


Rencontre avec Amélie et Colombe


Quelques heures plus tard, nous voici dans le bus, direction Battambang et nous rencontrons alors 2 nouvelles françaises, Amélie et Colombe. Leur projet ? 4 mois en Asie : Malaisie, Kuala Lumpur, Cambodge, Vietnam et Hong Kong, voyageant au travers l’Association « Twenty questions around the world ». L’objectif étant d’interviewer des locaux sur des sujets tels que le bonheur, la liberté, la conception du monde et aussi... la cuisine ! Un moyen formidable d’aller à la rencontre des locaux, non ?


Invitation à un anniversaire cambodgien


Le soir, nous dinons avec elles dans le centre-ville, particulièrement animé puisque sans le savoir, nous séjournons dans cette ville à l’Ouest du pays durant la fête de l’eau, marquant la fin de la saison des pluies et le début de la belle saison ! Puis quelque chose d’assez extraordinaire nous ait arrivés.

Nous marchions au travers des stands et des différentes attractions installés pour l’événement, et à quelques rues plus loin, nous entendons des rires et de la musique. Curieux, nous nous rapprochons, et nous voilà invités par une famille Cambodgienne à l’anniversaire de leur petite fille, fêtant ses 7 ans ! Nous nous retrouvons entourés d’une vingtaine de cambodgiens, accueillants à l’extrême, nous servants de nombreuses bières et nous incitant à danser avec eux. Marion sait désormais danser la danse traditionnelle cambodgienne ! Nous avons été surpris par leur générosité et leur fierté que de nous inviter dans leur famille. Une soirée mémorable !



Battambang à vélo


Le lendemain, fort d’une belle expérience à Siem Reap, nous décidons de répéter la chanson en louant de nouveau des vélos afin de visiter la province de la 2ème ville du Cambodge (2nde en nombre d’habitants et de superficie). Une ballade de 4 heures nous a permis de découvrir « une ville fantôme » (c’est assez terrifiant de voir une ville plutôt moderne par rapport à ce qu’on a pu voir jusqu’à présent, abritant même un cinéma ! Mais sans quasiment personne à l’intérieur... On en ignore la raison), le « Phnom Temple » , assez méconnu des touristes et pourtant magnifique, avec son grand Bouddha comme protecteur, et de petits villages isolés, loin des bruits et du grouillement citadin au milieu des Lutus Farm.




Phnom Sampov Killing and Bat’s Cave avec notre guide Koko


L’après-midi, nous partons en expédition au « Phnom Sampov Killing » avec nos amies Amélie et Colombe, mais surtout avec notre super guide Koko ! Koko est un jeune étudiant qui travaille en parallèle pour l’Association Butterfly Tours, asso créée pour faire rencontrer les étudiants cambodgiens et les occidentaux, et nous permettre de bénéficier de Tours culturels avec des jeunes guides locaux tout en permettant à ces derniers de parler anglais.

Après 45 minutes de Tuk-Tuk, l’expédition commença par une montée assez rude afin d’atteindre le Temple basée en haut du Mont.


Nous avons pu apprendre l’Histoire du Bouddha et de nombreuses anecdotes*, grâce aux explications précises de Koko et aux fresques gravées à l’intérieur du Temple.


La prochaine étape de la visite fût bouleversante : les Man’s cave. En 1975, les Khmers Rouges (parti communiste) prennent le pouvoir. Ils décident alors d’envoyer tous les citadins et les intellectuels (étaient considérés comme des intellectuels les personnes allant ou étant allés à l’école, les alphabètes et aussi tous ceux qui portaient des lunettes), dans des camps de travail forcés, dans les champs, avant de les emmener dans ces fameux « Man’s Cave ».


Ces gouffres sont les lieux de terribles génocides, d’horreur extrême. Les « opposants » et villageois étaient amenés, les yeux bandés, au bord de ces trous noirs sans fin, puis, frappés au niveau de la tête, pour ensuite tombés à l’Intérieur de ces grottes. Des dizaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants sont morts dans ces conditions indescriptibles. L’enfer est d’ailleurs représenté par des statuts symboliques à l’entrée de ces lieux si noirs. Un moment fort, bouleversant et sincèrement terrifiant.

D’autant plus bouleversant que notre guide, Koko, a une partie de sa famille décédée dans ces conditions.


La suite de l’excursion nous a permis de nous changer les idées : arrivés au sommet du Mont, un paysage d’un vert flamboyant s’est présenté à nous. Nous étions censés voir un superbe Sunset, mais l’orage nous aura offert un tout autre spectacle.



Enfin, avant de repartir, nous passerons par la fameuse « Bat’s cave », logeant des millions de chauve-souris, qui sortent se nourrir tous les soirs à la tombée de la nuit et reviennent avant au lever du jour. Un spectacle hallucinant !

Impossible de sortir les appareils à cause de l'orage. Cette image n'est donc pas la notre mais provient de Google

Nous finirons cette belle journée par la dégustation du fameux « Hamok Fish », plat traditionnel cambodgien : un vrai délice !




*Histoire du Bouddha (selon Koko, car il existe plusieurs croyances) : Né selon la légende d’un éléphant et d’une feuille de Lotus, le jeune enfant grandit dans l’insouciance et l’indifférence : ses parents (adoptifs, du coup, nous supposons), ont laissé enfermé leur enfant durant des années, souhaitant le couper du Monde extérieur et des atrocités qui s’y passent. Un jour, l’enfant s‘enfuit. Il découvrit alors la pauvreté, la misère, les inégalités et tout ce qui s’en suit. Une illumination jaillit alors à l’intérieur de lui-même. Il prit retraite au fin fond de la forêt, et s’en alla vivre avec des Hermites, qui décidèrent de lui enseigner les leçons fondamentales de la vie. Mais inexplicablement, l’enfant savait déjà tout. Les Hermites se retrouvèrent alors déboussolés. Un enfant de son âge ayant ce savoir, une seule solution fût alors envisagée : ce jeune être ne pouvait être que l’élu. On lui demande alors de cueillir une feuille de Lotus, et de la poser sur la rivière. Si la fleur partait à contre sens du courant, alors, cet enfant serait bel et bien le 1er Bouddha. La chose se produisit, et c’est comme ça que l’enfant fût désigné « Bouddha ».

Il passa sa vie à méditer, et on dit que ses méditations transformèrent les armes des ennemis en fleurs. Désarmés, ils ne pouvaient alors que reculer et arrêter d’attaquer (on fait alors aussi référence à la guerre contre nous même, où la méditation permet de revenir à la paix intérieure en transformant les armes de nos propres démons en fleurs).


Anecdotes : les statuts de lions, souvent présentes devant les Temples, servent à les protéger contre d’éventuelles attaques. Quant aux statuts de serpents, ils servent à protéger le Bouddha de la pluie en se dressant au-dessus de sa tête.

63 vues

© 2019 par Max & Marion

  • Facebook Marion
  • Facebook Max
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now