• Max & Mama

L’Ile de Koh Trong, chez l’Habitant


Koh Trong


Koh Trong est une île qui se trouve à 10 minutes en bateau de Kratie, ville se trouvant elle à 3h de bus de Kompong Cham, l’endroit dont nous venons.


Une fois arrivée à Kratie, la « ville des dauphins »*, nous prenons donc le bateau pour nous rendre sur l’île. Sur l'embarcation, nous rencontrons plusieurs français, et belges : bon, Marion m’a convaincu d’éviter les provocations par rapport à la Coupe du Monde ;)

En effet, sur les 20 personnes présentes, il faut avouer qu’il y avait peut-être 80% d’occidentaux. On ne pourra sûrement pas utiliser aussi facilement les mots « authentiques » et « typiques » cette fois ci.


Pieds à terre, nous essayons de trouver notre hébergement du soir : une des rares « Homestay » de Koh Trong, trouvée grâce aux bons conseils de notre ami de Battambang, Sarom. Chose faite, nous nous rendons tout de suite compte que cette fois-ci, ça sera réellement « chez l’habitant » ! Pas de franco-cambodgien, mais bien des cambodgiens-cambodgiens ! Pour nous accueillir, un pamplemousse provenant de leur jardin nous sera offert, « the best in Cambodia ! », nous dit fièrement le père.


Nous déposons nos sacs, et c’est parti : nous prenons les vélos, en route ! Le tour de l’Ile sera fait en 3h. Durant ces quelques kilomètres, nous observons de belles choses : de grands arbres, plusieurs « points of view » sur le Mékong, de belles habitations et quelques fermes charmantes. Cependant, contrairement à KhorsPene, nous nous rendons tout de suite compte que l’Ile est bien plus touristique : quelques occidentaux donc, moins de sourires « sincères », et un peu moins de « Hello » si mignon de la bouche des enfants cambodgiens. Certains nous ont demandé de l’argent, chose qui ne nous étaient plus arrivés depuis Battambang et Siem Reap.





Une nuit chez l’Habitant


Néanmoins, le voyage en valait le détour : notre nuit chez l’Habitant fût une magnifique expérience. Vivre dans la maison de cambodgiens, et dormir dans la seule chambre en plus de celle des parents et de la grand-mère (oui, les cambodgiens vivent tous ensemble : grands-parents, parents et enfants), est une chose qu’il faut faire au moins une fois dans sa vie.


La famille est constituée des parents, de leur fille, « Sopir », et de la grand-mère. Mais ne parlant quasiment pas anglais, et encore moins français, la conversation fût malgré tout compliquée.

Un dîner très, très local nous fût servit le soir, et même si la mère s’est joint à nous une bonne partie du repas, nous aurions aimé dîner avec la famille complète, ce qui n’a malheureusement pas été le cas.

La famille était vraiment adorable et soucieuse de notre confort, et y avons très bien dormi.


Le lendemain matin, après un petit footing et une séance de renforcement musculaire, un petit déjeuner (café, thé, pamplemousse, pancakes fait maison) nous a été servi par Kang, la maman.


Puis vint l’heure du départ, où nous reprenons le bateau pour Kratie. Nous n’y restons qu’une matinée, puis nous prenons le bus pour Mondolkiri, à la frontière vietnamienne, Terre des Eléphants !


La suite au prochain article...




*Il est en effet possible de prendre le bateau pour voir des dauphins sur le Mékong à Kratie, mais nous avons choisi de faire abstraction de cette activité, le prix étant relativement élevé pour la prestation fournie, selon plusieurs occidentaux rencontrés.

79 vues1 commentaire

© 2019 par Max & Marion

  • Facebook Marion
  • Facebook Max
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now